[ON A VU] « No » de Pablo Larrain, la fin d’un dictateur Chilien.

NO-film-concours-i-love-cinema-potzina

Après avoir eu lu de nombreuses critiques j’ai enfin décidé d’aller me faire ma propre opinion sur le dernier film de Pablo Larrain « No » qui a notamment fait sensation lors de la dernière Quinzaine des réalisateurs du festival de Cannes de 2012.

Le pitch

Chili, 1988. Lorsque le dictateur chilien Augusto Pinochet, face à la pression internationale, consent à organiser un référendum sur sa présidence, les dirigeants de l’opposition persuadent un jeune et brillant publicitaire, René Saavedra, de concevoir leur campagne. Avec peu de moyens, mais des méthodes innovantes, Saavedra et son équipe construisent un plan audacieux pour libérer le pays de l’oppression, malgré la surveillance constante des hommes de Pinochet. (allociné)

Vous l’aurez compris, après avoir vu la bande annonce, le film nous plonge directement dans l’ambiance « historique », en effet les images du film ont l’aspect des VHS des années 1980. Augusto Pinochet y joue son propre rôle grâce à l’ajout d’images d’archives très bien sélectionnées (vous y trouverez également de grandes figures emblématiques ayant participé à cette lutte contre la dictature).

Bien évidemment, on y retrouve le bel étalon mexicain Gael Garcia Bernal sexy à souhait dans un style so 80’s : jeans, pull over, T-shirt, baskets blanches et skateboard : le créatif branché à l’état pur.

Au travers des scènes parfois comiques, on y découvre l’ascension fulgurante du marketing  ainsi que la réalisation du début à la fin d’une campagne de communication politique. La politique devient alors un objet publicitaire comme un autre.

Le but : faire prendre conscience au citoyen lambda qu’il peut participer à la vie politique de son pays, qu’il peut être acteur et ne peut/doit plus se tenir à l’écart ou fuir afin d’éviter des représailles. Le citoyen peut changer l’avenir de son pays sans avoir peur de sa propre opinion politique. En ce sens le film prend toute sa dimension.

« No » démontre comment le marketing et la publicité ont fait tomber un dictateur qui pensait ne rien craindre face à l’opinion publique.

Les p’tits conseils 

  • Tous les communicants devraient à mon sens aller voir ce film.
  • Pressez vous d’aller le visionner, il est encore à l’affiche dans certains cinémas.
Publicités

Un avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s